announcements, calls for papers, conference, forthcoming event, news

CfP (SFPS Annual Conference 2019): Postcolonial Realms of Memory in the Francophone World

2nd April 2019


Society for Francophone Postcolonial Studies In association with Liverpool University Press

 

Postcolonial Realms of Memory in the Francophone World

Friday 15–Saturday 16 November 2019

Institute of Modern Languages Research, University of London,

Senate House, Malet Street, London WC1E 7HU

Confirmed keynote speakers: Etienne Achille and Catherine Gilbert

January 2020 sees the publication of a major new volume in Francophone Postcolonial Studies: Postcolonial Realms of Memory: Sites and Symbols in Modern France, edited by Etienne Achille, Charles Forsdick, and Lydie Moudileno and published by Liverpool University Press. This publication responds to the absence of the colonies from Pierre Nora’s Lieux de mémoire project, a seminal volume of texts produced between 1984 and 1993, and which has been considered crucial for understanding the collective memorialisation of French history. For Nora, ‘un objet devient lieu de mémoire quand il échappe à l’oubli, par exemple avec l’apposition de plaques commémoratives, et quand une collectivité le réinvestit de son affect et de ses émotions’ (1984: 7); important historical figures, museums, archives, symbols, and events can all be defined as realms of memory which trigger a particularly emotive form of remembering the past. However, by focusing exclusively on the remembrance of the history of Hexagonal France, Nora’s project in fact erases the country’s imperial history and reproduces the static image of the nation-state it seeks to denounce.

This conference aims to examine the limitations of Nora’s project — and by extension, to interrogate the reluctance of the French academy to engage with its colonial and postcolonial history. How can we define postcolonial sites and symbols of memory in France and the wider Francophone world? How should France’s (post)colonial past be remembered today? How do other theoretical frameworks of collective memory — such as Michael Rothberg’s nœuds de mémoire — respond to the urgent need to conceptualize memory more inclusively? By reconfiguring methodologies of memory to incorporate French colonial and postcolonial histories, we hope to stimulate productive discussions about the intersections between memory studies, trauma studies, and postcolonialism within a Francophone framework.

We welcome theoretical and critical reflections on Nora’s Lieux de mémoire project as well as proposals for papers and panels on topics including:

  • Sites and symbols of memory across the Francophone postcolonial world
  • Remembering trauma in the Francophone postcolonial world
  • Theoretical conceptualizations of collective memory influenced and inspired by Nora’s project
  • Literary and cinematic representations of memory
  • Role of museums and archives in commemorating history
  • Remembering and forgetting
  • Individual and collective memory
  • Dichotomy between history and memory

Please send abstracts of 200-250 words plus 50-100 words of biography in a Word document to Conference Secretaries Jonathan Lewis and Antonia Wimbush (sfpsconference2019@gmail.com). Papers can be in English or French. The deadline for receipt of abstracts is  3 June 2019.

***

La Société des études postcoloniales francophones

En collaboration avec Liverpool University Press

Sphères postcoloniales de mémoire dans le monde francophone

Vendredi 15 et samedi 16 novembre 2019

Institute of Modern Languages Research, University of London,

Senate House, Malet Street, London WC1E 7HU

Principaux intervenants confirmés: Etienne Achille et Catherine Gilbert

L’année 2020 voit la publication d’un important nouveau volume dans les études postcoloniales francophones: Postcolonial Realms of Memory: Sites and Symbols in Modern France, rédigé par Etienne Achille, Charles Forsdick et Lydie Moudileno et publié par Liverpool University Press. Cette publication répond à l’absence des colonies du projet de Pierre Nora, Les Lieux de mémoire, un volume fondateur d’essais produits entre 1984 et 1993 considéré essentiel pour comprendre la commémoration collective de l’histoire française. Pour Nora, ‘un objet devient lieu de mémoire quand il échappe à l’oubli, par exemple avec l’apposition de plaques commémoratives, et quand une collectivité le réinvestit de son affect et de ses émotions’ (1984: 7); importants personnages historiques, musées, archives, symboles, et évènements peuvent tous être définis comme des sphères qui déclenchent une forme particulièrement sensible de se souvenir du passé. Cependant, en se concentrant exclusivement sur la commémoration de l’histoire de l’Hexagone, le projet de Nora efface en fait l’histoire impériale du pays et reproduit l’image statique de l’état-nation qu’il cherche à dénoncer.

Cette conférence a pour but d’examiner les limites du projet de Nora et, par extension, de s’interroger sur les réticences du monde universitaire français de s’engager dans son histoire coloniale et postcoloniale. Comment peut-on définir les sites et symboles postcoloniaux de mémoire en France et dans le monde francophone? Comment doit-on de nos jours commémorer le passé (post)colonial de la France? Comment d’autres cadres théoriques de la mémoire collective – tels que la notion de noeuds de mémoire de Michael Rothberg – répondent-ils au besoin urgent de conceptualiser la mémoire de manière plus inclusive? En reconfigurant les méthodologies de la mémoire pour incorporer les histoires coloniales et postcoloniales françaises, nous espérons stimuler des discussions productives sur les intersections entre les études de la mémoire, les études sur les traumatismes, et le postcolonialisme dans un cadre francophone.

Nous accueillons avec plaisir les réflexions théoriques et critiques sur le projet des Lieux de mémoire de Nora ainsi que les propositions d’interventions et de panels sur des sujets tels que les suivants:

  • Sites et symboles de mémoire à travers le monde postcolonial francophone
  • Souvenirs de traumatismes dans le monde postcolonial francophone
  • Conceptualisations théoriques de la mémoire collective influencées et inspirées par le projet de Nora
  • Représentations littéraires et cinématiques de mémoire
  • Les rôles des musées et des archives dans la commémoration de l’histoire
  • Souvenir et oubli
  • Mémoire individuelle et collective
  • Dichotomie entre histoire et mémoire

Veuillez envoyer des abstraits de 200 à 250 mots avec de plus 50 à 100 mots de biographie dans un document Word aux secrétaires de la conférence, Jonathan Lewis et Antonia Wimbush (sfpsconference2019@gmail.com). Les articles peuvent être en anglais ou français. Le dernier délai de réception des abstraits est le 3 juin 2019.

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply